L’entreprise du futur

Accueil / nos-concepts / L’entreprise du futur

L’entreprise du futur

L’entreprise du futur est une entreprise 3.3

L'entreprise du futur
L’entreprise du futur 3.3

L’entreprise du futur est à l’oeuvre à partir de la mise en place du modèle et processus « Le nouveau luxe » permettant de créer une société et une économie existentielles.

L’Institut du Management Existentiel accompagne le changement 3 et le changement 3.3. Il nous faut revisiter nos certitudes, nos modes de consommation et nos essentiels à tous les niveaux que nous soyons une personne, une entreprise ou un pays. L’entreprise du futur accompagne la juste place de chacun. Elle incarne la dimension universelle du sens.

Gilles Berhault

Propriétaire ou artiste ? Manifeste pour une écologie de l’être.
C’est seulement par un développement culturel ambitieux que nous pourrons « sortir du mur ». Encourageons la pratique artistique. Il ne s’agit pas d’apprendre à dessiner ou à lire de la musique. Il s’agit de développement personnel et collectif, donc de création.

A l’échelle du globe, il manque une réelle ambition : celle d’augmenter le niveau culturel de chacun pour que tout individu soit en capacité de participer au quotidien à des choix collectifs et au-delà, à coopérer dans l’action.

Eudoxe Denis

Economic Ideas Juin 2014 Nancy
Quand on laisse les Français libres de conduire leur destin, ils connaissent une grande réussite

Toujours permettre aux individus d’émerger. Toujours laisser la possibilité aux individus de diverger.

 

Notre analyse existentielle a pour but de proposer « un nouveau modèle » nécessaire à l’individu, l’entreprise, la société. Il s’agit de sortir des répétitions et d’oser le changement de niveau 3 qui consiste à se réinventer « à partir du sens ». L’objectif est de sortir de la crise et de nos ego pour aller vers la transformation et la réalisation d’un monde nouveau. Nous nous engageons dans un « mouvement de transformation » nommé aussi « mouvement de vérité » pour sortir du non-sens et retrouver notre sens. C’est alors qu’au lieu de nous diriger vers « une place » nous allons découvrir et affirmer « notre juste place » dans laquelle nous pouvons tous nous réaliser et retrouver le sens de notre action, de notre mission, de notre vocation. L’analyse existentielle nous relie à « qui nous sommes vraiment » en tant que personne, entreprise, pays.

Notre analyse permet de mesurer l’écart entre « ce que nous avons mis en acte et ce que nous sommes vraiment ». Notre approche propose alors de réduire cet écart pour mieux nous retrouver et nous affirmer pour sortir du chaos et de la crise en remettant de l’ordre là où nous avons mis du désordre. Nous sommes alors dans un processus de remise en mouvement et en action dans une pleine expression de Soi à notre juste place en tant qu’individu, entreprise, pays.

L’accompagnement existentiel est basé sur l’empowerment c’est à dire la capacité à retrouver son pouvoir « d’agir » de « remise en mouvement » d’une personne, d’une entreprise, d’un pays qu’il s’agit de rendre à la fois libre et responsable.

Les différentes étapes du processus d’accompagnement du changement 3.3 sont basés sur le modèle « le nouveau luxe » et permettent alors d’affirmer de façon unique l’identité, le sens, les valeurs d’une personne, d’une entreprise , d’un pays et d’élever le niveau de conscience et de responsabilité.

Nous analysons les fondements de la crise existentielle des individus des entreprises et de la société, le vide existentiel, la perte de sens et la perte de repères. Nous analysons les causes pour supprimer les conséquences. Cette analyse permet alors de reconnaître les processus, les modes de fonctionnement et de trouver le sens de ce que nos crises nous indiquent d’arrêter de faire pour nous consacrer non pas sur ce que nous pouvons faire mais sur ce que nous ne pouvons pas « ne pas faire » ! Nous sommes là dans l’essentiel au-delà de l’important.

Au niveau existentiel c’est le développement social et sociétal qui permet le développement économique et non l’inverse

Nous devons penser et résonner développement sociétal et non développement social. Le social est alors contenu dans le sociétal mais devient économiquement viable car relié à un processus systémique au sein duquel toutes les parties prenantes sont en évolution et en transformation avec la prise en compte au même niveau du développement économique et du développement personnel et sociétal.

 La capacité créatrice

François Pélissier

Président CCI 54 et Président des Economic Ideas. Juin 2014 Le contrat social
C’est en libérant la capacité créatrice des entrepreneurs que l’on pourra retrouver les bases de la création de richesses.

« La création de richesses centrales de l’entreprise c’est l‘innovation ».

 

En libérant la capacité créatrice de chacun on retrouve son affirmation et sa capacité de redevenir acteur et responsable, d’être en action et non en réaction, de trouver le bon sens et la bonne direction pour donner du sens à son action et à sa vie. La question à poser ici n’est plus « comment faire pour continuer comme avant ou pour retrouver la situation passée ? » « mais qu’est-ce que l’on ne peut pas ne pas faire ? » pour nous relier à nos essentiels, « quel est le sens de ma vie et de mon action qui me permet de me relier à moi-même et au bien commun ? ».

Nous devons définir un autre modèle  et aller vers un changement de niveau 3 c’est-à-dire « à partir du sens ». Pour cela il ne faut pas attendre d’avoir réglé les problèmes de l’ancien système. Nous devons partir d’une page blanche et aller vers un nouveau modèle économique. C’est alors que l’ancien s’ajustera ou disparaîtra. Ce n’est  toujours pas en faisant un peu plus de la même chose ou un peu moins de la même chose que nous sortirons de la crise dans laquelle nous sommes. C’est bien en faisant autre chose. En fondant une économie existentielle qui part des fondements de nos origines nous pouvons réduire l’écart entre ce que nous avons mis en place et ce que nous sommes vraiment. Cela concerne l’individu, l’entreprise, la société.  Nous devons alors sortir des ego, des étiquettes, des figements et aller vers ce que nous sommes en tant qu’individus évolutifs, créatifs, transformants.

L’homme est par nature un être créatif qui dans sa vie doit pouvoir engendrer des actes créateurs.

C’est quand on l’empêche ou qu’il s’empêche que la réaction et le repli sur soi se mettent en place au lieu de l’action.

Ce modèle de transformation détermine la redéfinition de la vision, de la stratégie, et de tous les départements d’une entreprise ainsi que ses parties prenantes internes et externes. Cette transformation concerne la systémique globale  » individu-entreprise-société « . L’Institut du Management Existentiel accompagne les personnes, les entreprises et la société dans cette démarche globale, à partir du sens avec le modèle le nouveau luxe dans le but de retrouver la juste place de chacun.

Une économie 3.3 avec notre modèle de transformation sociétale existentielle Le nouveau luxe avec

  • La Classe Préparatoire de Connaissance de Soi / Pour un meilleur Leadership du Soi 
  • Le modèle et processus de transformation 3.3 : le nouveau luxe
  • La communauté le sens en action : La plateforme communautaire pour incarner la dimension universelle du sens en faisant exemple et en montrant la réussite des personnes, des entreprises, de la société qui mettent du sens dans leur action.

 

Le changement 3.3

  • Changement 3 Le sens
  • Changement 3.3 Sens et amour (1).

 (1)cf « L’amour est cette aptitude qui rend l’être humain capable d’appréhender autrui dans ce qu’il a d’unique. » Viktor Frankl Nos raisons de vivre, à l’école du sens de la vie.

cf «L’amour est plus qu’un sentiment. L’amour a le pouvoir d’engendrer le changement. Qu’est-ce que les gens veulent réellement changer ?. » Deepak Chopra . « Cheminer vers la sagesse. »

Reconnaître le sens de notre vie et de notre action fait évoluer notre vision et nos modes de consommation

Au lieu de consommer pour tenter de soulager nos ego et combler nos manques nous décidons alors d’aller dans un mouvement de transformation pour reconnaître le sens de notre vie, le sens de notre action. Nous y trouvons alors d’autres besoins plus profonds engendrant une autre vision et d’autres modes de consommation qui nous font passer d’un « puits sans fond » à « un puissant fond d’amour ».
Il ne s’agit pas de décroissance et de ne plus consommer. Il s’agit de consommer du sens et de relier nos consommations à nos envies profondes et de garder le plaisir immédiat. Ce qui change ici est de ne plus être dans les faux semblants des consommations qui ne font qu’agrandir nos frustrations et qui ne comblent pas de façon durable notre désir de réalisation de sens.

 

La démarche existentielle est un modèle qui concerne la société toute entière et qui définit une nouvelle vision sociétale existentielle

Elle revisite le sens des responsabilités et de l’action de chacun d’entre nous. Elle revisite le management et les ressources humaines de l’entreprise. Elle redéfinit la vision, la stratégie et sa mise en œuvre en créant au niveau de tous les départements des entreprises et des institutions « une stratégie océan bleu »(1)   reliée et à ce que l’entreprise a d’unique et d’authentique prenant en compte l’unicité des individus qui la compose. Cette vision sociétale nous propose d’augmenter notre niveau culturel (prises de conscience permettant d’élargir notre niveau de conscience) qui modifie notre vision et nos besoins.
Nos besoins authentiques identifiés engendrent alors une modification du marketing et des modes de consommation dirigés alors vers des produits et des services qui répondent au Soi de chacun d’entre nous (cf Devenir Soi Jacques Attali. 2014). Ce niveau de besoin correspond à l’essentiel et non à l’important (cf schéma Le nouveau luxe L’être, la richesse intérieure). Ce niveau de conscience, de mode de management, permet d’aligner les individus, la clientèle, les salariés qui achètent du sens et travaillent en alignement avec leurs valeurs communes.

(1) La Stratégie Océan Bleu : Comment créer de nouveaux espaces stratégiques. W. Chan Kim et Renée Mauborgne, chercheurs au Blue Ocean Strategy Institute à l’INSEAD;

 

Investir en capital humain et libérer les potentiels

Il y a crise car l’individu est sorti du système dont il fait partie

Proposer une fiscalité incitative d’investissement en capital humain au même titre que l’investissement en recherche, en matériel.

Proposer une économie existentielle qui part de l’individu. L’individu ne doit plus être une contrainte ou une variable d’ajustement mais la solution d’alignement entre l’homme et l’économie . Remettre l’homme au cœur du système est ce qui permet de sortir des crises en revisitant la profondeur de qui nous sommes et du sens que nous donnons à notre vie et à notre action. Ce cheminement est un choix de société qui engendre la redéfinition de nos modèles économiques et sociétaux.

Mais est-ce vraiment un choix ?  Comprenons les phénomènes des crises

Nous devons nous rendre compte qu’il y a crise car l’individu est « sorti » du système dont il fait partie. Repositionner l’individu et en faire l’élément essentiel de sa stratégie permet de relancer l’économie et de retrouver sa juste place. L’économie et le management existentiel partent de l’individu pour redéfinir et aligner le sens, les valeurs et l’identité des personnes avec ceux de l’entreprise et de la société qui développent une économie et une société 3.3 basées sur Le nouveau luxe. L’être permet l’avoir et recrée un cycle vertueux.

Quelques principes de la démarche existentielle :

  • Quand l’individu progresse tout progresse
  • Cheminer à l’intérieur permet de pouvoir transformer l’extérieur « à partir de Soi »
  • Se réinventer à l’extérieur en allant chercher à l’intérieur de soi le chemin de sa réalisation (mission, vocation, sens et direction) et non à l’extérieur
  • Se relier à ses valeurs profondes et à sa conscience morale
  • Devenir acteur et responsable
  • Transformer la peur en agir
  • Chacun trouve alors sa juste place des salariés aux actionnaires
  • Les entrepreneurs créent des entreprises basées sur qui ils sont vraiment « en profondeur » qui font sens pour eux, leurs clients, le bien commun. Les produits et services « produisent du sens » et répondent à des besoins authentiques qui engendrent l’évolution des individus et de la société.

Pour quoi faire ?

  • Permettre à chacun de trouver le sens et la réalisation de soi et répondre à la quête de sens de chacun d’entre nous, des entreprises, de la société    
  • Permettre à chacun de se connecter à la fois à sa singularité et au collectif afin de créer un monde relié à la dimension universelle du sens
  • Permettre la confiance et l’affirmation de Soi
  • Affirmer, prendre sa juste place et ressentir qu’il y a une place pour chacun
  • Participer à l’évolution de la société grâce à la re-connaissance de chacun, de son intelligence existentielle en tant qu’individu et aussi en tant qu’entreprise, ville, pays.

Pourquoi vouloir transmettre l’intelligence existentielle ?  « Parce que chaque niveau d’intelligence acquis dans la société participe à l’histoire de l’évolution. »
Howard Gartner- Harvard